Les anti-masques se rassemblent pour Noël

On voudrait tous pouvoir se réunir avec nos familles pour le temps des fêtes. Mais alors que les hôpitaux se remplissent, les complotistes d’un océan à l’autre choisissent d’ignorer les mesures sanitaires pour organiser de grands rassemblements.

Sébastien Roback

Canadian Anti-Hate Network



Tandis que la majorité des Canadiens se préparent à passer un réveillon tranquille avec les membres de leur maisonnée, les complotistes anti-masques prennent les rues afin de combattre “l’annulation de Noël".

Au Québec, la décision du premier ministre Legault d’annuler le “contrat moral“ qui aurait permis aux familles de se réunir pour Noël en a déçu plus d’un. Les complotistes anti-masques ont depuis tenté de manipuler le désappointement du public en organisant des célébrations illégales et en encourageant les québécois à les imiter.

Le 5 décembre dernier, une douzaine d’individus se sont réunis au domicile de Steeve “l’Artiss“ Charland, un ancien haut-placé de La Meute qui s’implique désormais dans le mouvement anti-masque.

Charland a quitté La Meute en 2019 alors que se multipliaient des rumeurs de conflits entre les têtes de l’organisation. Bien qu’il nie être raciste, ses écrits le trahissent. Dans un livre publié en 2014, il exprime sa haine contre "la race orgueilleuse et cupide qui se permet de créer des boucheries au nom de la paix (et qui ont) empli les villes de diversités raciales."

Si Charland ne précise pas de façon explicite de quel groupe ethnique il parle dans ce segment, il est principalement connu pour son opposition à l’arrivée de migrants musulmans au Québec. 

Malgré ses liens avec des groupes haineux et complotistes, certains des livres écrits par Charland sont toujours disponibles chez des distributeurs comme Renaud-Bray.

Parmi les invités lors de ce réveillon des complotistes se trouvaient plusieurs autres figures dirigeantes du mouvement anti-masque, comme Daniel Pilon, un ex-candidat de Citoyens au Pouvoir. Dans une vidéo publiée ce soir-là, on peut voir les invités chanter “Fuck you Legault“ en choeur. 

Deux jours plus tard, lors d’une entrevue à la radio, Charland a déclaré qu’il était "temps que les citoyens se lèvent debout et expriment leur mécontentement" et que le but de son objectif était de créer un "débat social."

Ce coup de publicité aura effectivement eu l’effet d’attirer l’attention de plusieurs tribunes médiatiques “mainstream“, qui ont pour la plupart omis de mentionner les liens que Charland entretient avec l’extrême-droite.

Une autre membre du mouvement anti-masque du Québec, Mel Goyer, prévoit un «méga-rassemblement» en opposition à la décision du premier ministre Legault d’interdire les rassemblements de Noël à Montréal le 20 décembre. Intitulée «Esprits libres en marche», la page Facebook officielle de l'événement montre actuellement que plusieurs milliers de personnes pourraient être présentes.

Goyer, qui est coach de bien-être, est une complotiste autoproclamée qui supporte ouvertement Qanon. Dans une entrevue filmée en août, elle a décrit Qanon comme une «source d’actualité alternative». Dans un tweet publié le 18 novembre, elle a exprimé sa fierté face au nombre de «soldats numériques» qu’elle voit se battre contre les merdias. Soldats numériques est un terme parfois utilisé par les partisans de Qanon pour se référer les uns aux autres.

Elle siège actuellement au conseil d'administration de la Fondation pour la protection des libertés citoyennes. Dirigée par le chef d'un parti ayant des liens étroits avec des groupes haineux, cette fondation poursuit actuellement le gouvernement du Québec pour tenter de renverser les restrictions en matière de santé publique.

Dave Leduc, un champion du monde de boxe birmane avec plus de deux millions de followers sur les réseaux sociaux, sera le principal orateur du rallye, bien que d'autres célébrités, comme l'actrice Lucie Laurier, ont confirmé qu’elles seront présentes.

Il reste à voir si ces invités de renom réussiront à attirer une grande foule. Ce ne serait pas la première fois qu'un rassemblement anti-masque au Québec fait des vagues en ligne qui ne se traduisent pas par une mobilisation réelle.

Par contre, ce n’est pas qu’au Québec que se tiennent des événements de la sorte.

Du côté de la Colombie-Britannique, une centaines de de manifestants se sont aussi réunis le 5 décembre dans centre-ville de Vancouver pour le ”BC Christmas Freedom Rally”, un événement mettant en vedette Mark Donnelly, l’ex-chanteur de l’hymne national des Canucks, qui a récemment perdu son emploi après avoir proclamé son opposition au port du masque. Comme d’autres démonstrations du genre, ce rallye a attiré la même coalition de supporters de Qanon, d’activistes anti-vaccins et de groupes haineux. Malgré tout, les organisateurs ont mis les bouchées-doubles afin de créer une atmosphère conviviale pour les familles, en créant notamment un “coin pour les enfants“ et en invitant un père Noël.

Tout au long de l’événement, plusieurs manifestants ont fait flotter des drapeaux pro-Trump, et on pouvait entendre des chants comme “Attention, attention, attention! La COVID est une arnaque!“.

Le tout s’est déroulé dans le calme, bien qu’un participant se soit fait arrêter pour avoir proféré des menaces envers un individu alors qu’il faisait la file pour entrer dans un bus.


Source: Twitter

Parmi les orateurs pour le rallye se retrouvaient Raoul Taylor Van Haastert, le fondateur antisémite du groupe anti-masque ”No New Normal” (Pas de nouvelle norme), ainsi que Tanya Gaw, la directrice d’Action4Canada, un organisme socialement conservateur qui s’oppose à ”l’agenda LGBTQ” et à ”l’Islam politique”, d’après son site web.

Lors de son allocution, Gaw a prévenu les participants de ne pas ”tomber dans la propagande politique de certains groupes qui veulent forcer tout le monde à se mettre à genoux devant leur tyrannie”, disant que ”toutes les vies comptent” (All Lives Matter) et que les Canadiens peuvent vivre ”soit sous la tyrannie, ou dans une nation chrétienne.”


Raoul Taylor Van Haastert. Source: Facebook

Laura-Lynn Thompson, une activiste anti-LGBTQ+ qui s’est présenté pour le Parti populaire du Canada lors des dernières élections fédérales, ainsi que le nationaliste blanc John Southern, bien connu pour ses attaques contre la communauté antifasciste de Vancouver, étaient aussi présents au rallye.

À Toronto, Chris Saccoccia, une activiste anti-masque qui s’est fait arrêter en octobre pour avoir participé à une manifestation quelques heures après être revenu d’un voyage en Europe, planifie une parade du père Noël depuis des mois. Il y a quelques semaines, il organisait notamment une collecte de jouets afin de pouvoir les donner aux enfants qui seraient présents lors de l’événement.

Saccoccia, qu’on surnomme souvent Chris Sky, prétend être un activiste pour les droits des petites entreprises, mais il entretient des liens avec des individus haineux. En octobre, nous avions rapporté qu’il s’était entretenu avec Jeremy Mackenzie et Derek Harrison, les hôtes de Plaid Army, une émission en ligne à caractère antisémite. Plus récemment, Saccoccia a lui-même émis des commentaires Islamophobes en partageant des théories racistes sur les divergences intellectuelles entre les différents groupes ethniques.

“Le QI moyen en Europe est 100. La moyenne mondiale est de 87.5. Les nations musulmanes moyennes ont des QIs moyens proches de 80, ce qui est par définition plus un quotient bas, plus bas que la moyenne mondiale et beaucoup plus bas que la moyenne européenne ou asiatique.“ (Source: Twitter)

Après quelques semaines de confusion, lors desquelles la date de l’événement a changé plusieurs fois, il semble que cette parade du père Noël anti-masque se déroulera le 20 décembre prochain, comme l’a annoncé Saccoccia dans un ‘story’ sur Instagram. 

Organisé par les groupes Mothers Against Distancing (Mères contre la distanciation), The Line Canada, et Hugs Over Masks (Des câlins, pas des masques), la description de l’événement remet en doute la décision de la ville de Toronto d’annuler la parade annuelle au nom d’une “urgence qui n’existe pas“, et demande aux supporteurs de ces groupes de se porter bénévoles.

Bien que les cas de la COVID continuent de grimper la ville-reine, les organisateurs invitent les enfants et les familles à se présenter, avec ou sans masque.

Related stories

Trump Has Left Office. Where Do We Go From Here?

Trump Has Left Office. Where Do We Go From Here?

After the insurrection in Washington DC, the inauguration was billed as a potential encore for the day's violence. With the ceremony come and gone without incident, what comes next is not completely clear.