Un néo-Nazi en processus de ramener un ancien parti d’extrême-droite

Sylvain Marcoux, bien connu dans le milieu de l’extrême-droite au Québec, à l’intention de se porter candidat aux prochaines élections provinciales sous la bannière d’un nouveau parti.

Sébastien Roback
Réseau canadien anti-haine



Plus de 50 ans après sa disparition, un obscur parti politique connu pour ses prises de position antisémites est sur le point de faire un retour.

Sylvain Marcoux, un néo-Nazi québécois entrenant des liens avec le mouvement White Lives Matter, fait depuis novembre dernier part de ses intentions de fonder son propre parti. Dans une vidéo Youtube publiée à l’époque, il nomme ce parti « Parti nationaliste chrétien », possiblement en référence au parti du même nom, actif de 1967 à 1970.

Make a donation

Dans cette même vidéo, Sylvain Marcoux dénonce la menace du « messianisme cachère » et du métissage promus selon lui par le Forum économique mondial et les Nations Unies, qu’il considère comme de véritables « attaques frontales » contre la race blanche.

Selon le site web d’Élections Québec, Marcoux aurait déjà réservé le nom de son parti en mars 2022. Le 29 mai, il partageait avec ses amis Facebook une esquisse du logo de son parti, avec la description « ça s’en vient…»
 

Esquisse du logo du Parti nationaliste chrétien, publiée sur Facebook par Sylvain Marcoux.

  

Fondé en 1967, le Parti nationaliste chrétien a tenté de séduire l’électorat rural du Québec et le clergé pendant près de trois ans. Son fondateur, Léo Tremblay, était une figure médiatique mineure et un militant souverainiste et conservateur, membre d’Union Nationale avant la mort de Maurice Duplessis. Avant de fonder le PNC, il aurait été chef de La Phalange, que le journal La Patrie décrivait en 1963 comme une société secrète fasciste.

Dans une plateforme politique détaillée publiée par Tremblay en 1969, il dénonce l’existence d’une « propagande satanique » promue dans les médias et par les étrangers, qui selon lui poussaient le peuple québécois vers un « suicide national ». En entrevue à l’époque, il décrit aussi les Juifs comme les « ennemis mortels de l’indépendance », ajoutant qu’il est impossible de parler de l’indépendance du Québec sans soulever la question du contrôle de notre économie par les Juifs.

En revanche, il somme « les autres minorités » de se rassurer, puisqu’il compte les respecter « à condition qu’ils respectent notre culture et apprennent notre langue ».

Le PNC n’a jamais été un grand parti, n’élisant jamais de député lors d’une élection. En 1968, un député d’Union nationale siégea pour quelques mois sous la bannière nationaliste chrétienne, avant de devenir membre du ralliement créditiste. Le PNC fut dissous en 1969, suite à l’arrestation de Léo Tremblay pour recel d’art.

Contacté par le Réseau canadien anti-haine, Sylvain Marcoux a expliqué qu’il n’était pas initiallement conscient de l’histoire du nom du Parti nationaliste chrétien, mais qu’après avoir lu sa plateforme, il était « bien à l’aise » avec celui-ci. Il a aussi ajouté que le processus d’approbation de son parti par Élections Québec était « très avancé », mais s’est retenu d’en dire plus.
 

Un néo-Nazi avec des ambitions politiques

 

Sylvain Marcoux n’en est pas à sa première incursion en politique. L’ex-conseiller municipal de la petite ville de Saint-Majorique de Grantham s’est déjà présenté comme candidat à deux reprises, en 2018 lors des élections provinciales, et en 2021 au fédéral, chaque fois comme candidat indépendant, et sans succès.
 

Sylvain Marcoux en 2018. Source: Facebook.

 

Dans une entrevue publiée dans un journal local durant les élections provinciales de 2018, Marcoux propose de bannir la pratique de l’Islam au Québec, puisque celle-ci serait « incompatible avec la démocratie parlementaire ». Questionné par rapport au sort des personnes musulmanes vivant présentement au Québec, il ajoute « nous avons des asiles psychiatriques. Elle peut se faire soigner, il y a des traitements pour ça ».

Dans cette même entrevue, il partage son avis qu’on dévalorise les familles au Québec, notamment avec « la promotion des programmes LGBT », qui selon lui poussent les jeunes hommes à se demander s'ils sont réellement des hommes « avec la théorie du genre ».

Déjà à l’époque, les liens entretenus par Sylvain Marcoux avec le milieu de l’extrême-droite du Québec étaient déjà bien documentés. De 2012 à aujourd’hui, il a participé à des démonstrations aux côtés de groupes extrémistes comme Bannière Noire, Légion nationale, et la Fédération des québécois de souche

Or, au cours des dernières années, Marcoux a tenté de s’impliquer avec des mouvements moins extrêmes afin de bâtir des ponts, notamment en participant à des manifestations avec La Meute et la Storm Alliance.

Selon des captures d’écrans publiées par Montréal Antifasciste, Marcoux utiliserait ses comptes sur les médias sociaux - dont la plupart ont été supprimés en raison de la nature de leur contenu - pour promouvoir le Nazisme. Dans une publication Facebook désormais inaccessible, il décrit même Adolf Hitler comme « l’âme la plus belle qui se soit incarnée sur cette terre. »

 

Source: Montréal Antifasciste.

  

Dans une publication plus récente, Marcoux défend Hitler contre des allégations comme quoi celui-ci aurait saisi les armes à feu du peuple allemand après avoir pris le pouvoir.

« On peut reprocher au gouvernement d’Hitler d’avoir conservé certaines restrictions et prescriptions de licences de l’ancienne loi mais, en tout cas, les nationaux-socialistes n’avaient pas l’intention d’empêcher les Allemands honnêtes de posséder ou de porter des armes ».

En 2021, Marcoux a été arrêté pour avoir publié l'adresse du Directeur général de la santé publique du Québec, Horacio Arruda, dans une publication Facebook invitant des manifestants à « encercler sa maison ». Les accusations pesant contre lui ont éventuellement été abandonnées, en échange d’excuses publiques et d’un engagement de ne pas « troubler l’ordre public » pour un an.

En conversation avec le Réseau canadien anti-haine, Marcoux a expliqué qu’il ne se décrit pas comme étant « d’extrême droite », puisque Hitler lui-même ne s’est jamais décrit comme tel. Son seul problème avec le fait d’être décrit comme un « néo-Nazi » est qu’il ne s’identifie pas comme un socialiste, puisqu’il préfère les politiques de crédit social.
 

Vos données personnelles dans les mains de néo-Nazis

 

Si l’application du Parti nationaliste chrétien comme parti autorisé est approuvée, Sylvain Marcoux et ses comparses recevront accès aux données des électeurs du Québec, qui inclus leur noms, addresses et numéros de téléphone.

Le parti pourrait aussi se voir décerner des fonds publics proportionnels aux nombre de votes qu’ils recevront lors des prochaines élections provinciales. Les donations faites au Parti nationaliste chrétien deviendraient aussi déductibles d’impots. 

Ce même problème fut dénoncé après que le Parti nationaliste canadien, une organisation ouvertement néo-Nazie, ait reçu le statu de parti officiel au fédéral. En 2022, le Parti nationaliste canadien a été radié par Élections Canada, après avoir failli de se conformer à l’exigence de la Loi électorale du Canada d’avoir au moins 250 membres.

 

Élections Québec n’a pas fait retour à notre requête de commentaires.



Related stories

Make a donation