Le Parti populaire recrute un candidat Islamophobe en vue des prochaines élections

Jimmy Voyer, qui est aussi un membre du conseil exécutif du Parti conservateur du Québec, s’en prend à des élus musulmans en ligne, et partage du contenu associé à Qanon dans un groupe Facebook fréquenté par des complotistes. 

Sébastien Roback
Réseau canadien anti-haine



Alors que les partis politiques se préparent pour de possibles élections fédérales, les activités en ligne d’un candidat du Parti populaire ainsi que ses liens avec l’un des groupes haineux les plus influents du Québec font jaser.

Jimmy Voyer, un ex-militaire qui se dévoue à l’échange de cryptomonnaies depuis sa retraite, a été nommé comme candidat officiel du PPC pour le comté de Chicoutimi -- Le Fjord le 16 juillet dernier. En 2019, il s’était présenté sous la même bannière, terminant en sixième position, devançant d’une centaine de votes Line Bélanger, candidate pour le Parti rhinocéros.

En nommant Voyer comme candidat, le PPC a donc fait fi d’une controverse qui s’était déclarée quelques jours plus tôt, alors que des captures d’écran le montrant comme membre de groupes Facebook Islamophobes et complotistes ont fait surface.

En plus de son nouveau rôle avec l’équipe de Maxime Bernier, Voyer est aussi vice-président du Parti conservateur du Québec pour les régions de la Mauricie, du Saguenay-Lac-Saint-Jean et du Centre-du-Québec. En début juillet, l’ancien de la 3e escadre de Bagotville avait participé à l’organisation d’une désastreuse tournée régionale pour le petit parti provincial et son chef, Éric Duhaime.

Suite à l’annonce d’une demi-douzaine d’événements dans des restaurants de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, des restaurateurs mécontents ont annulés des réservations faites par Voyer, qui avait omit de mentionner que Duhaime, un ex-employé de Rebel Media connu pour ses prises de positions racistes et Islamophobes, serait présent.

Ces annulations ont déclenchés un avalanche de messages haineux envers les restaurateurs, et l’un d’eux a même déclaré avoir été menacé par Voyer, qui lui aurait dit que la « culture de l’annulation est un jeu qui se joue à deux ».

Dans une publication Facebook, Duhaime avait condamné ces messages haineux, tout en s’attaquant aux restaurateurs pour leur supposée participation à la « culture de l’annulation ».

Suite à ses événements, Xavier Camus, un activiste anti-raciste basé à Montréal, rapportait que Voyer était un ancien membre du groupe Facebook privé du groupe Islamophobe La Meute.

Contacté par courriel au sujet de ses allégations, Voyer avait dit au Réseau canadien anti-haine qu’il n’avait jamais été associé à La Meute ou à tout autres groupes d’extrême-droite.

Malgré tout, une capture d’écran publiée quelques jours auparavant par le Troupeau de Moutruches, un collectif de recherche anti-raciste, prouve qu’il avait bel et bien été membre de leur groupe Facebook en 2015.


Capture d’écran du groupe privé de La Meute.

Voyer est aussi membre actif de Patriotes Sag Lac, un groupe Facebook complotiste rempli de publications dénonçant la « plandémie », le « nouvel ordre mondial », et l’Agenda 21 des Nations unies. À trois reprises dans ce groupe, Voyer a partagé des vidéos d’Alexis Cossette-Trudel, le visage du mouvement Qanon au Québec.

Dans d’autres publications, Voyer partage aussi des vidéos des chefs du PPC et du PCQ, ainsi qu’une pétition déclenchée par Éric Duhaime, tout en encourageant les membres du groupes à la signer.

Plus qu’un simple groupe Facebook, Patriotes Sag Lac a aussi été lié à des mobilisations en personne. En août 2020, des membres du groupe avaient organisé un rallye à Chicoutimi. Pas moins de 400 à 500 personnes étaient au rendez-vous, selon les médias locaux

Sur Twitter, Voyer démontre d’autant plus qu’il partage plusieurs des positions des membres des groupes Facebook desquels il est membre. 

Dans plusieurs tweets, il s’en prends aux élus fédéraux musulmans Omar Alghabra et Maryam Monsef, décrivant l’un comme un « militant islamiste », et appelant à la révocation de la citoyenneté de l’autre.

Capture d’écran d’un gazouilli de Jimmy Voyer. 

Par courriel, Voyer s’est défendu d’avoir tenu des propos Islamophobes, disant que comme « la vaste majorité des canadiens », il est inquiet par rapport à « la laicité, l’Islam radical et l’implantation de la charria au Canada », tout en nous disant qu’heureusement, il est encore possible de « poser des questions » dans notre démocratie. 

Les gazouillis mentionnées précédemment, cependant, n’incluent aucunes questions.

« Né en Arabie-Saoudite avec la citoyenneté syrienne. Le gars est un militant Islamiste » dit-il à propos des origines du député Alghabra.

Dans d’autres gazouillis, Voyer encense de compliments Mohammad Tawhidi, un Imam ‘réformiste’ qui fait fréquemment la promotion de figures d’extrême-droite, partageant sa plateforme avec des personnalités comme Candace Owens, Jack Posobiec, et Britanny Pettibone.

Lorsque Faith Goldy s’est présentée à la mairie de Toronto en 2019, Tawhidi avait ouvertement endossé ses positions sur le « crime’ et ‘l’extrémisme Islamique ». 

« Cette entrevue avec l’Imam Tawhidi m’a aidé à comprendre beaucoup de choses à propos de l’Islam » écrit Voyer, partageant du même fait une entrevue du dernier avec le Youtubeur réactionaire Dave Rubin.

« C’est un grand homme » ajoute-il dans un autre gazouilli. 

 

« Le seul média conservateur au Canada »

 

Comme le chef du PCQ, Voyer est un admirateur de Rebel Media, un média de la droite radicale. Il cite même la décision de l’ancien chef conservateur Andrew Scheer de boycotter le réseau comme l’une des principales raisons pour son départ vers le PPC.

«De quoi Andrew Scheer et son entourage ont-ils peur? Pourquoi ces authentiques conservateurs sont-ils devenus infréquentables? »

S’attaquant aux critiques de Rebel Media, il ajoute que les médias traditionnels les décrivent injustement comme « raciste, xénophobe et d’extrême-droite ».

« Bien sûr, ces accusations sont non fondées et n’ont d’autre but que de faire taire la droite. »

Related stories